Mes poils et moi, on a passé de super vacances en Thaïlande

Hey ! J’espère que vous allez bien ! Après deux semaines passées en Thaïlande, les affaires reprennent sur le blog ! Je suis plus motivée que jamais pour vous proposer des sujets intéressants, et j’ai une envie débordante de partager avec vous 😉

Aujourd’hui, on ne va pas parler cheveux mais presque. Ceux d’entre vous qui me suivent depuis un petit moment savent que, depuis l’été dernier, j’ai décidé d’arrêter l’épilation systématique. C’est-à-dire que je laisse tout pousser : les poils des jambes, des aisselles, et les poils pubiens. J’avais fait une vidéo pour vous exprimer les raisons de ce choix, elle est dispo ici, si ça vous intéresse. Malgré le fait que je me sente bien mieux dans ma peau depuis que j’ai pris cette décision, deux situations ont déjà failli écourter la vie de mes poils : les mariages, haha, parce qu’on y porte souvent de jolies robes, et la plage, pour des raisons évidentes.

D’abord, je considère qu’en maillot de bain, il faut quand même s’épiler le « minou » pour que rien ne dépasse. Mais avant de partir en Thaïlande, une autre chose était à peu près évidente pour moi : j’allais me raser les gambettes avant de mettre un orteil sur le sable. Car malgré le fait que je me sente plus libre depuis que j’ai arrêté de m’épiler systématiquement, j’ai grandi dans la même société que vous, j’ai aussi été formatée et j’avoue que j’ai eu du mal à trouver ça beau ou juste normal, les jambes poilues sur moi. Du coup, me voilà dans mon hôtel en Thaïlande, sous la douche, prête à dégainer mon rasoir car la plage m’appelle… Et là, impossible pour moi d’aller au bout du geste. Je regarde mes jambes, et jme dis que sans poils, elles seront toutes nues, les pauvres. Moi, je ne pense pas aux jambes douces et à la mine radieuse de la nana de la pub Vénus. Non, je pense à la repousse désagréable, aux éventuels démangeaisons et poils incarnés. Bref, trop de contraintes inutiles pour ma peau, qui se porte très bien comme ça. Pas le choix, jme suis lancé un défi : passer une journée à la plage avec mes jambes poilues, juste pour voir. Je me suis dit : si ça ne va pas, que je me sens mal, je rase pour le reste des vacances. Et ben devinez quoi ? Mes poils et moi, on a passé de super vacances en Thaïlande. Je me suis sentie à l’aise dès le premier jour. Pourtant, il s’agissait d’une excursion dans les îles, j’ai été coincée sur un bateau avec 20 personnes inconnues, en maillot de bain toute la journée, donc très exposée aux regards. Pour être honnête, j’ai été gênée les 15 premières minutes. Mais finalement, j’ai vite oublié ce détail et jme suis trouvée super jolie dans mon maillot de bain ananas. Là où je suis un peu étonnée, c’est que je n’ai croisé aucune fille avec des poils aux jambes et/ou aux aisselles pendant ces deux semaines. Mais du coup, j’aurais pensé que ce serait dur, d’exposer mes poils au milieu de tous ces corps glabres. Eh bien pas du tout ! Au contraire en fait : la chaleur, les corps dénudés, le bien-être, tout le monde est là pour se faire du bien, pour chiller. On n’est pas dans le métro parisien, où tout le monde se toise…

Finalement, il est beaucoup plus facile d’être en maillot de bain avec les jambes poilues sur une plage, qu’en ville ou ailleurs. Je me suis sentie libre. Franchement je n’ai eu aucune réflexion, ni n’ai détecté aucun regard appuyé sur mes jambes. Et en fait, cette liberté que j’ai prise, ce pouvoir que j’ai sur mon corps, ça n’a fait qu’accentuer le bonheur d’être complètement soi que l’on peut ressentir pendant les vacances. Même si ce sentiment, on doit s’employer à le ressentir tous les jours. Ce temps et cette énergie que je n’octroie plus à l’épilation ou à guetter la repousse, ils sont précieux. Non mais sérieusement : je me trouve au paradis, sur une plage à l’eau turquoise, et je devrais consacrer du temps à l’élimination d’un élément naturel de mon corps parce que la société a décidé qu’il en serait ainsi parce que je suis une femme ? Ahahaha. Ben non. Pas envie. Pas le temps. Ces minutes de ma vie, personne ne me les rendra jamais. Du coup, là je peux vous le dire, c’est officiel : mes jambes ou une autre partie de mon corps ne sont pas prêtes de voir l’ombre d’un rasoir. Je les trouve belles moi, mes jambes poilues.

2 commentaires sur “Mes poils et moi, on a passé de super vacances en Thaïlande

  1. Il est vrai que nous ne sommes tellement ancré dans le système que nous avons du mal à nous en défaire. Je suis un comme toi je ne me rase pas systématiquement mais je ne suis pas encore arrivé au point de me balader les jambes poulues

    J'aime

    1. Salut Sabrina ! Merci beaucoup pour ton commentaire ! Oui, c’est difficile de remettre en compte le système… De s’en extraire. Je comprends, pas facile de se balader les jambes poilues. Mais peut-être qu’un jour, tu oseras le faire 🙂 ça ne se fait pas en un jour. Et surtout, on est obligé de rien : l’important c’est d’être en accord avec soi-même et de faire les choses parce que ça nous fait plaisir, et pas parce que ça nous est imposé 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s