Entretien des cheveux crépus et frisés : et si on les laissait tranquilles ?!

Salut salut ! J’espère que vous allez bien ! Aujourd’hui, j’ai décidé de partager avec vous une réflexion autour de l’entretien des cheveux crépus et frisés.

Ceux qui me suivent depuis un moment le savent : je passe peu de temps à m’occuper de mes cheveux. Enfin, comparé à ce que l’on pourrait penser. C’est d’ailleurs l’une des remarques que l’on me fait le plus souvent « Ça doit prendre un temps fou de vous occuper de vos cheveux ! ». Or, je fais un shampoing + après-shampoing + démêlage une fois par semaine, je mets une crème hydratante quotidiennement et je me coiffe en 2 min. Ça s’arrête là. Et, j’ai un peu honte de le dire, mais je ne fais que très peu de soins.

Et justement, pourquoi ai-je honte d’admettre ça ? On met le doigt sur la question que je souhaite aborder ici.

Nappy in progress

Dès que j’ai fait mon big chop (la « grande coupe » qui consiste à couper toute la partie défrisée du cheveu pour embrasser sa vraie nature), je me suis dit que les vidéos Youtube et les blogs capillaires seraient ma planche de salut pour savoir quoi faire, pour apprendre comment bien m’occuper de mes cheveux. Leur avenir reposait sur les connaissances des prêtresses, des gourous de la boucle et du soin qui officient sur Youtube. Je pense que c’est notre premier réflexe à tous. Parce que, j’en étais persuadée à l’époque : mes cheveux ne survivraient, là dehors, que s’ils étaient badigeonnés de 5 crèmes hydratantes, 3 huiles, 8 masques… Au minimum. Alors oui, j’en fais des caisses. Mais au début, cet aspect-là a été hyper culpabilisant pour moi. Je me sentais démunie, bête, parce que j’avais pas les codes. Alors oui, ça s’apprend. Mais au début, ça donne le vertige. C’est un club fermé et tu n’as pas la clé. Tu es à la porte, tu n’es pas encore une « vraie » nappy. J’avais l’impression que si je ne savais pas si mes cheveux étaient poreux ou pas, ou que si j’ignorais s’ils étaient de type 3 ou 4, j’étais foutue. Je devais les connaître sur le bout des doigts, sinon, je n’étais pas digne de les porter.

L’univers des soins capillaires, c’est un domaine que je connais peu, et je l’avoue, ça ne m’intéresse pas plus que ça. Je ne suis pas de celles qui possèdent 1000 produits capillaires dans leur salle de bain. Et ce n’est finalement pas obligatoire. J’ai rapidement arrêté de vouloir tester toutes les marques, de faire comme si j’allais faire des masques ou des soins toutes les semaines. Oui, j’en fais de temps à autre mais parce que j’en ai envie, que je sens que mes cheveux en ont besoin et ça n’a pas intérêt à me prendre plus de 30 min…

Pourquoi ?

Après 25 ans à avoir laissé mes cheveux diriger mon existence, je veux juste vivre ma vie. Avec un minimum de produits et de manipulations si possible. Au vu de la mine de mes cheveux, je suppose que ça leur va plutôt bien. C’est aussi pour cette raison que vous ne me verrez probablement jamais avec des tresses par exemple : trop cher, trop de temps (petite, c’était deux coiffeuses et neuf heures pour me faire des tresses même pas si fines que ça), trop de douleur. Bref. Je laisse mes cheveux les plus naturels possible, point barre. Je les aime et les accepte tels qu’ils sont, avec leurs humeurs, leur personnalité : en faisant mon big chop, c’était un peu le deal que j’avais fait avec moi-même.

D’une dictature à une autre

C’est simple. J’ai l’impression que les gens qui ont les cheveux naturels doivent toujours avoir un objectif, sont toujours à la recherche de quelque chose : du produit parfait, de la boucle la plus rebondie, du volume idéal, d’un rythme de pousse plus rapide… Seule une boucle bien dessinée, disciplinée est acceptable, mais pas le reste. La modification n’est plus chimique parce qu’il n’y a plus défrisage, mais elle reste bien présente, on reste dans le contrôle absolu de nos cheveux. Sinon, on prend le risque de s’entendre dire que nos cheveux ne sont « pas coiffés », pas « professionnels », qu’ils font « sorcière »… Et beaucoup de gens ont intériorisé tout ça. Le cheveu naturel n’est jamais assez bien, même pour ceux qui les portent. De ce fait, je pense que beaucoup d’entre nous ne font que passer d’une dictature à une autre. Irrémédiablement, nos cheveux restent une frustration.

Selon moi, le combat est perdu d’avance car nos cheveux n’en font qu’à leur tête. Et c’est aussi la beauté de la chose. Ils ne sont jamais les mêmes, en fonction du temps par exemple. Ils sont fragiles, sensibles et c’est justement pour ça qu’il faut les chérir, les écouter, et arrêter de les étouffer de produits et d’exigences. Y’a de quoi devenir fou si on essaye de les contrôler à tout prix. On le sait tous : on a beau faire deux fois la même « routine » de coiffage, il est très compliqué d’obtenir deux fois le même résultat. Alors, à quoi bon ?

À quoi bon arrêter le lissage pour soumettre ses cheveux à une autre forme d’esclavage ? On ne les laisse pas être, vivre leur vie. Et on ne peut pas vivre la nôtre non plus, du coup. Attention, je comprends très bien que l’on prenne plaisir à prendre soin de ses cheveux, et essayer de les sublimer, ça n’a rien de critiquable en soi. C’est le côté systématique qui me pose question. Ce que je déplore, c’est cette course éperdue à la boucle parfaite et au cheveu long, souvent calquée sur le modèle dominant. J’en ai marre de voir nos cheveux se soumettre continuellement. Imposons nos cheveux tels qu’ils sont RÉELLEMENT. Ils ne seront jamais considérés comme disciplinés. À nous de faire comprendre qu’ils sont comme ils sont et que, de ce fait, ils sont forcément acceptables.

Les personnes qui portent des cheveux crépus sont-elles condamnées à être obsédées par leur chevelure, quoi qu’il advienne ? Je ne généralise pas. Mais c’est une vraie et une importante question. Evidemment, et bien heureusement, ça ne concerne pas tout le monde, mais il me semble que le phénomène est assez répandu. Et si on lâchait l’affaire ? Si on se libérait de cette ultime dictature ? Si on était « vraiment » naturels ? Foutons la paix à nos cheveux. Ils n’en seront que plus heureux, et nous aussi.

T’es d’accord ? T’es pas d’accord ? Tu veux réagir à cet article ? Dis-moi tout en commentaire ! Je serai ravie d’échanger avec toi !

2 commentaires sur “Entretien des cheveux crépus et frisés : et si on les laissait tranquilles ?!

  1. Je ne fais rien dans mes cheveux.
    Littéralement rien. Ou presque. Et ça rend encore mes parents fous. Le jour où j’ai décidé de les laisser au naturel, j’ai essayé de plonger dans le diktat de la boucle parfaite, comme tu le décris, mais je n’ai pas réussi. Ma soeur est incroyable dans ce domaine, elle a des cheveux magnifiques et y passe un temps indéfinissable. Sauf que moi, je pense que je m’en fiche un peu. Je me vois mal rogner sur mes heures de temps libre pour essayer de « discipliner » un cheveu qui, clairement, n’a pas envie de l’être. Quand je rentre chez eux, mes parents s’attristent parfois que « je n’en prenne pas suffisamment soin » et j’ai l’impression que toutes les occasions sont bonnes à prendre pour qu’on me file un bain d’huile ou je ne sais quelle crème démêlante et qu’on y aille mèche par mèche pour casser ces entrelacements de cheveux crépus.

    Moi mes cheveux je les aime. J’ai appris à les aimer. J’ai appris à leur fichtre la paix et les laisser comme ils sont. Mais dans le regard des autres – surtout ceux qui n’ont pas mes cheveux ou qui ne laissent pas leurs cheveux au naturel-, souvent je me vois comme une nana négligée qui ne fait aucun effort. Et ça pique un peu.

    Bref, merci encore de t’exprimer sur ce sujet !

    J'aime

    1. Salut Cléa ! Merci de réagir à ce sujet. Je comprends tout à fait ce dont tu parles. Quoi qu’il arrive, il y a une pression autour du cheveu crépu ou frisé. Et si on n’a pas testé les derniers soins en voque, on se sent un peu nulle. Mais le plus important c’est que toi, tu te sentes à l’aise avec tes cheveux. Si tu n’as pas envie d’y consacrer des heures, c’est ton droit. Je suis comme toi, je ne fais que peux de soin mais, et alors ? Jme sens bien comme ça. Certes, le regard des autres est parfois lourd… Mais ils ont tort. Le fait de laisser tes cheveux tranquilles ne fait pas de toi quelqu’un de négligé. On nous met ça dans la tête mais c’est totalement faux. Tu fais ce que tu veux avec tes cheveux ! ❤ ❤ ❤

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s